Recevez nos conseils et activités Montessori

3 chouettes TED qui vont révolutionner l'éducation !

La Chouette voulait vous faire découvrir 3 héros des temps modernes. 3 pédagogues qui prônent une autre vision de l'école, en phase avec notre époque et nos enfants. 3 militants d'une éducation bienveillante et respectueuse. 3 orateurs qui portent la voix des enfants autour du monde. La Chouette partage et applaudit de toutes ses plumes !

 

 

Ken Robinson : le révolutionnaire

Phénomène mondial, les conférences de Ken Robinson sont à la fois drôles, intelligentes et révolutionnaires. Elles n'ont qu'un seul objectif : nous convaincre que le système éducatif actuel est dépassé et qu'il est grand temps de le remplacer.

Face à un monde qui change de plus en plus vite, les principes éducatifs adoptés au XIXe siècle, au moment de la révolution industrielle, n'ont plus la même pertinence. Ce qui était urgent hier (apprendre à raisonner, connaître ses classiques, intégrer des savoirs techniques), ne correspond plus à ce dont l’homme a besoin.

En particulier, il milite pour remettre l’art et la créativité au centre du système éducatif. La capacité à avoir des idées originales est selon lui, « l’élément » qui fera la différence face aux défis qui attendent nos enfants.

L’école actuelle est aux antipodes de cette conception. La concurrence scolaire, le principe de classe d’âge, la notation, ont tendance à étouffer la prédisposition innée des enfants à la « pensée divergente ». Elle anesthésie les enfants et leur curiosité. La peur de l’erreur est un fléau qu’il faut combattre dès la petite enfance, en changeant radicalement les méthodes pédagogiques. L’école doit sortir de sa vision trop étroite de l’apprentissage et prendre l’enfant dans toute sa complexité : intellectuel, mais aussi sensible, émotionnel et physique.

Avec plus de 300 millions de vues sur internet, Ken Robinson peut se targuer d’être le pédagogue le plus écouté de la planète. La révolution est en marche !

Une citation de Ken Robinson

« Mon combat est de convaincre que la créativité est aussi importante dans l'éducation que la littérature ou les mathématiques. Nous devrions les traiter de la même façon. »

Pour aller plus loin

La fameuse conférence TED de Ken Robinson : https://www.youtube.com/watch?v=fhwt_7L2D-w

 

 

Céline Alvarez : l'alternative

De plus en plus de familles veulent une école « différente », adaptée aux besoins de leurs enfants. Face à cela, l’éducation Nationale ne semble pas encore prête à passer le pas. Pourtant, les initiatives se multiplient en France pour promouvoir les pédagogies dîtes « alternatives » et changer l’école de l’intérieur.

Celle de Céline Alvarez, dans une maternelle de Gennevilliers est un modèle du genre. Cette jeune pédagogue, fortement marquée par l’esprit de Maria Montessori, souhaite adapter ses principes aux découvertes les plus récentes en neurosciences. Elle ne fait pas que prôner un changement : elle le met concrètement en application.

Entre 2011 et 2014, Celine Alvarez a l’opportunité de mettre en œuvre les principes Montessori à l’école Jean-Lurçat de Gennevilliers. Dans la classe pilote les enfants sont responsabilisés et deviennent acteurs de leurs propres apprentissages. Entraide, autonomie, collaboration et épanouissement sont les maîtres mots de la pédagogie qu’elle applique aux plus petits.

L’expérience est une réussite. Très vite, les familles sont conquises et remarquent des progrès flagrants dans de nombreux aspects du développement : capacité de concentration, développement de l’autonomie, relations sociales apaisées. Les enfants marquent également une belle avance en lecture et raisonnement mathématiques.

Après 3 ans, l’Education Nationale n’a malheureusement pas souhaité étendre ces méthodes…

Une citation de Céline Alvarez

« Les intuitions visionnaires de Maria Montessori ont été confirmées par les découvertes récentes de la science. Mais on continue à appréhender l'enfant à l'aune d'idées, de valeurs ou d'idéologies. Ne trouvez-vous pas surprenant que la formation des enseignants n'intègre pas le fonctionnement du cerveau de l'enfant ? ».

Pour aller plus loin

Découvrez l’expérimentation de Céline Alvarez en vidéo : https://lamaternelledesenfants.wordpress.com/

La conférence inspirante de Céline Alvarez : https://www.youtube.com/watch?v=YPiNfb0Nbho

 

 

André Stern : l’enthousiaste

André Stern n’est jamais allé à l’école !

De cette expérience unique de l’enfance, il en retire une vision pleine de recul sur l’école qui est censée nous former tous. Ou nous déformer…

Cette expérience de vie exceptionnelle lui permet de mieux cerner les dispositions spontanées de l’enfant et l’importance de les préserver.

Parmi ces dispositions, la première est le jeu. Si nous laissons les enfants faire, l’enfant joue. Mais ce qui est formidable, c’est que pour l’enfant, jouer et apprendre sont synonymes. Lorsque l’enfant arrête de jouer, il n’apprend plus.

Pourtant, nous le forçons à faire ça. Nous l’interrompons dans son élan naturel. Il est dans la nature de l’enfant de grandir, comme dans la nature d’une plante de pousser. Mais pour se développer le cerveau a besoin d’un ingrédient indispensable : l’enthousiasme. Par chance, l’enfant est le plus enthousiaste des êtres qui soient. Un enfant ressent de l’enthousiasme tous les 2 à 3 minutes. Les adultes ne retrouvent cet enthousiasme que 2 à 3 fois par an…

L’enthousiasme c’est ce qu’apporte le jeu. Et ce que nous enlève l’école. Les exercices et les notes retirent cet enthousiasme. La hiérarchie entre les métiers et les matières brise l’enthousiasme. L’enfermement scolaire, loin du vaste monde, contraint l’enthousiasme. L’ironie que nous avons envers les enfants est aussi castrateur d’enthousiasme.

Pour une école plus proche des besoins de nos enfants il faut d’abord leur redonner notre confiance. Que se passerait-il si nous laissions les enfants suivre leurs dispositions spontannées ? Que se passerait-il si nous laissions les enfants jouer ? Et si l’enthousiasme était la clé de l’école de demain ?

Une citation de André Stern

« Le jeu est le dispositif le plus efficace qui soit pour apprendre. (…) Si nous ne l’interrompions jamais, l’enfant jouerait toujours. »

Pour aller plus loin :

Une joyeuse conférence TED : https://www.youtube.com/watch?v=bb6V6ztxK4s

 

mardi, 29 mars 2016 13:58

Des sens plutôt chouettes

 

Nos enfants, ces explorateurs 

Les petits chouets sont de vraies têtes chercheuses : ils explorent tous les moindres recoins, où qu’ils aillent !

On se doit de les laisser faire leurs expériences afin qu’ils développent une meilleure appréhension des choses… De 0 à 6 ans, Maria Montessori nomme l’esprit de l’enfant « l’esprit absorbant ». En effet, durant cette période, l’enfant possède une capacité d’apprentissage énorme et une prédisposition sensorielle qui lui permettra d’appréhender le monde.

 

Les sens : une occasion unique d’apprendre

Tout d’abord le regard. Laissez vos enfants observer. S’ils passent des heures à regarder la même image, c’est qu’elle stimule chez eux un réel intérêt qui leur permet de développer des sens comme la perception des couleurs,  la distance, ou encore l’écriture. C’est aussi en observant beaucoup que les enfants apprendront à lire plus rapidement ! Si les lettres sont déjà connues visuellement, il leur sera d’autant plus facile de les assimiler à un son.

Ensuite, la main. Maria Montessori dit que la main est le cerveau extérieur de l’enfant. N’hésitez pas à lui proposer des objets de toutes les matières et de toutes les formes. Laissez l’enfant les manipuler à sa guise. Cela lui permettra de prendre conscience du poids, du volume, des textures. Ainsi, son appréhension des choses s’améliorera et en grandissant, il saura quels objets sont froids, tranchants, doux…Son habilité se développera aussi et son apprentissage de l’écriture en sera facilité.

Le goût et l’odorat. Nous savons bien que les enfants ont tendance à tout porter à leur bouche. C’est en fait leur curiosité qui est tout le temps stimulée par la nouveauté. Ainsi, essayez de le satisfaire en lui proposant des choses variées à gouter, à sentir, à croquer. Ces deux sens jouent beaucoup dans la survie de l’espèce humaine. Lorsque nous sentons quelque chose qui sent « mauvais », nous la catégorisons comme toxique. Son corps, comme le nôtre, est capable de trier les informations et il apprendra bien vite, ce qui lui plait, ce qui ne lui plait pas ou ce qui est bon pour lui ou pas.

L’ouïe. C’est un sens qu’on a souvent tendance à négliger chez les enfants. En particulier les plus jeunes. En effet, on leur parle peu, ou sur un ton « gagatisant » car on a l’impression qu’ils ne comprennent pas, on évite de mettre de la musique pour ne pas les exciter. C’est une grave erreur ! D’une part adressez-vous à eux comme à des adultes, et parlez-leur le plus possible, même s’ils sont encore bébés : cela vous permettra d’établir une vraie relation de confiance avec votre petit chouet. D’autre part, n’hésitez pas à mettre de la musique, dans toutes les langues, et de tous les rythmes : c’est une excellente préparation à l’apprentissage des langues et à la coordinations des mouvements.

 

Savoir quand dire non

Il est vrai que laisser vos enfants explorer le monde peut être angoissant.

Je vous entends d’ici leur dire « ne touche pas à ça, ne met pas ça dans ta bouche…!». Nous sommes parfois tellement fatigués de les surveiller tout le temps qu’il peut arriver que nous activions le mode « parents programmés pour dire NON ».

Loin de moi l’idée de laisser ses enfants faire tout ce qu’ils veulent : nous nous devons de les protéger !

Il faut simplement savoir dire « non » à bon escient. Le plus important est de dialoguer avec eux. Dans tous les cas, ils devront faire face à des « non » tout au long de leur vie. Mais, si vous leur expliquer, pourquoi telle ou telle chose est interdite en leur montrant qu’il s’agit de sécurité, ils seront plus aptes en grandissant à comprendre les choses et donc à se remettre en question pour mieux faire.

  

Des activités sensorielles pour l’aider à apprendre

Nos sens sont les premiers capteurs des informations, et c’est eux qui la transmettent au cerveau. Plus les sens des enfants sont aiguisés, plus les informations sont envoyées rapidement et précisément.

C’est pourquoi chez Chouette Box, nous essayons de créer des activités qui suscitent tous les sens de nos enfants (eh oui, on pense à tout !).

 

Et si stimuler les sens de vos enfants leur permettait d’avoir un esprit plus vif et d’être bien dans leur corps ?

Ca vaut le coup d’essayer, non ?

 

Au secours, il s’ennuie ! 

Combien de fois avez-vous vu vos enfants tourner en rond lorsque vous étiez occupés ?

Combien de fois vous ont-ils dit qu’ils se savaient pas quoi faire, et vous de rétorquer qu’avec tous les jouets qu’ils avaient, ils pourraient bien trouver une occupation ?

Combien de fois avez-vous allumé la télévision par dépit alors que vous n’aviez plus aucune inspiration pour occuper vos petits chouets ?

Eh oui rassurez-vous, nous sommes tous dans la même situation : on se sent angoissé dès que nos petits chouets ne savent pas quoi faire. On n’aime pas les voir tourner en rond !

 

Avec notre vision d’adulte, notre vie à 1000 à l’heure et une société qui nous sollicite tout le temps, on a perdu la notion d’ennui, on envient à se sentir mal lorsqu’on ne fait rien… C’est bien dommage !

 

Tourner en rond, c’est plutôt chouette !

Il est vrai qu’en tant qu’adultes, s’ennuyer signifie perdre son temps. Or ce n’est pas du tout le cas pour nos petits chouets.

Pour les enfants, nous ne pouvons pas vraiment parler d'ennui, mais plutôt de pause, ou de transition. Ainsi, ce moment où l'enfant arrête une activité n'est pas un moment triste. Au contraire, il permet souvent à nos petits chouets de développer leur créativité, leur sens de l’organisation, leur réflexion sur les choses et surtout de digérer tout ce qu’ils ont appris pendant la journée.  En effet, nous avons souvent tendance à l’oublier, mais les enfants ont besoin de temps pour assimiler totalement les choses. Ce moment « d’ennui » peut donc avoir par la suite des répercussions très positives sur leur autonomie. S'ennuyer c'est aussi apprendre à faire seul ! 

Vous pouvez aussi vous reportez à notre chouette article « aide-moi à faire seul » pour plus de détails.

 

 

 

 

L'ennui est contagieux !

Malheureusement, nos réactions stressées devant l'ennui des petits chouets est communicatif... Ils finissent ainsi par nous ressembler et appréhender les moments de solitude. Par mimétisme ils deviennent réticents face à l’idée de ne rien faire.

Même si cela vous paraît difficile de prime abord, il n’est si compliqué de laisser ses petits chouets s’ennuyer (et ça vous laissera à vous aussi un chouette moment de répit !).

Procédez donc par étape :

-        1 - proposez à vos enfants des activités créatives (dessin, peinture…) que vous pouvez commencer avec lui

-        2 - éloignez-vous au bout d’un certain temps et laissez-le continuer seul

-        3 - les fois suivantes, laissez-le seul afin qu’il choisisse son activité par lui même

 

Les clés de ce moment seul : explorer, jouer, créer !

 

 

Publié dans Conseils de chouette

 

Nos derniers articles

Magazine - Bouton Tous les articles - Montessori, c'est chouette !

 

Nos chouettes DIY pour vous éclater avec vos enfants

Nos articles les plus lus