Recevez nos conseils et activités Montessori

Maria Montessori, cette chouette féministe que l'on aurait rêvé d'être

Partager

Chez la Chouette, on a voulu comprendre comment Maria Montessori était devenue cette femme si juste dans ces propos et révolutionnant la manière de concevoir l’éducation des enfants. Nous avons découvert une femme étonnante !

A l’aube du XXème siècle, Maria Montessori est une des premières femmes diplômée de Médecine en Italie, s’engageant dans les mouvements féministes et sociaux de son époque. Elle milita activement pour le droit des femmes en général et le droit des institutrices en particulier. C’est en travaillant auprès d’enfants en situation de déficience mentale que son intérêt pour la pédagogie naquit.

Maria Montessori, une femme en quête de liberté

Combattant elle-même dans sa jeunesse pour obtenir de son père l’autorisation de faire des études, elle se passionne très vite pour la biologie et parvient à intégrer une école technique pour garçons dans un premier temps, puis l’université et la faculté de médecine. Malgré l’hostilité de sa famille, elle est diplômée à l’âge de 26 ans.

Il faut que nous nous rappelions que l’Europe d’alors vie de grands changements politiques, économiques et culturels ! Les italiennes acquièrent à peine une certaine liberté et une conscience politique, pourtant leurs droits civiques, politiques et privés sont loin d’être acquis. Les suffragettes sont alors très actives, mais les avancées restent difficiles à obtenir. Elle publia de nombreux articles à ce sujet et devient même colleuse d’affiches clandestine à travers les rues de Rome, encourageant les femmes à s’inscrire sur les listes électorales !

Personnellement, elle est aussi une femme très moderne ! Après une brève liaison avec son professeur d’université, elle tombe enceinte hors mariage. Bravant une fois de plus sa famille, son fils verra le jour mais vivra loin d’elle jusqu’à ses 12 ans.

Maria Montessori

 

Un système éducatif pas très chouette, mais surtout très sexiste

Il est difficile de nous imaginer qu’à cette époque, les enseignants de sexe féminin faisaient la classe aux jeunes filles principalement et parfois aux garçons dans les classes inférieures. Leurs conditions de travail étaient déplorables. Le matériel étant pratiquement inexistant, les locaux insuffisants et les classes surchargées. Mais le pire était alors le peu de reconnaissance sociale que la communauté réservait à ces femmes. Victimes de persécutions, très peu rémunérées et souvent obligées d’occuper un second emploi pour vivre correctement, ces femmes avaient tout de saintes ! Dotées d’un incroyable esprit d’abnégation, l’enseignement des jeunes filles était avant tout un engagement.

Maria Montessori écrira dans un rapport au gouvernement italien : « En délaissant l’instruction de la femme, nous délaisserions l’instruction et le développement moral de la famille, dont la femme est la base. » Les divers engagements de Maria Montessori reflètent les grands bouleversements sociaux du XXème siècle ; empreinte d’humanisme, elle œuvra pour l’éducation à la paix. Elle fut proposée pour le prix Nobel de la Paix en 1951.

Partager

 

Nos derniers articles

Magazine - Bouton Tous les articles - Montessori, c'est chouette !

 

Nos chouettes DIY pour vous éclater avec vos enfants

Nos articles les plus lus