Recevez nos conseils et activités Montessori

Demain j’arrête de critiquer et juger mon enfant !

Partager

Lorsqu’on attend un enfant, il est naturel d’avoir des attentes, de se projeter un avenir et une vie de famille. Jusqu’à en oublier que notre enfant possédera avant tout sa propre personnalité et son caractère.

L’échec fait partie de l’apprentissage

Alors, oui, en tant que parent on déteste voir notre enfant échouer, mal faire, rater et recommencer, tomber, pleurer… Pourtant c’est en chouettant qu’il deviendra chouette (oui, pour les besoins de ce chouette blog, la Chouette a remplacé le forgeron…).

C’est à travers ses propres expérimentations de la vie qu’il développera ses capacités. Rien ne sert de punir, crier ou critiquer !

 

Commençons par arrêter la critique…

La critique est dangereuse, parce qu’elle blesse l’amour-propre, provoque la rancune et fait perdre la confiance en soi. Ce qui est valable pour les adultes, l’est peut-être encore plus pour les enfants ! Burrhus Frederic Skinner, un des psychologues comportementalistes les plus reconnus du XXème siècle, a démontré lors de ses expériences, que l’enfant dont on récompensait et encourageait la conduite apprenait plus rapidement et retenait mieux que l’enfant puni pour son comportement. Un bon enseignant par exemple, fini toujours sa leçon par une note positive !

 

Créons un climat d’affection

Les enfants ont avant tout besoin d’être sécurisés et certains de votre amour. Au lieu d’imposer un rapport de force ou de pouvoir sur votre enfant, accordez lui votre confiance. N’ayez pas peur de perdre le contrôle et privilégiez les moments de maternage, de partage et de complicité ! Une franche rigolade ou un gros câlin valent tout l’or du monde ! (Voir notre article sur les bienfaits du rire !)

 

Privilégions un discours positif et constructif

“Si vous voulez récolter du miel, ne bousculez pas la ruche” Dale Carnegie

Il n’y a qu’un seul moyen au monde d’amener une personne, adulte ou enfant, à accomplir une certaine action. C’est de susciter chez lui le désir ! Demain, vous avez besoin de persuader quelqu’un de faire ceci ou cela. Avant de parler, réfléchissez et dites-vous : “Comment puis-je l’amener à vouloir faire ce que je lui demande ?"

Dale Carnegie prend l’exemple dans ses ouvrages, de ce père rentrant un soir chez lui. Il trouve son fils Tim, hurlant et se roulant par terre dans le salon. Le lendemain était son premier jour d’école et il refusait catégoriquement d’y aller ! Habituellement, sa première réaction était de punir Tim dans sa chambre, jusqu’à ce qu’il se soit calmé. Pourtant ce soir-là, il réfléchit à une meilleure façon de faire et se posa la question “ Si j’étais à la place de Tim, qu’est ce qui me donnerait envie d’aller au jardin d’enfants ? Me faire de nouveaux amis, chanter des chansons ou peindre avec les doigts…” Il réunit donc sa petite famille, sauf Tim, pour peindre avec les doigts. Lorsque Tim, attiré par les rires, vit ses parents et ses frères et soeurs s’amusant comme des petits fous, il voulut se joindre à eux. “Impossible, il faut d’abord aller à la maternelle pour apprendre à peindre avec les doigts !” lui répondit-on. Le lendemain matin, le père fut bien surpris de retrouver son fils le premier levé et prêt pour aller à l’école !

 

Posons tranquillement et clairement nos limites

Il vaut mieux commencer une activité par exemple, en expliquant clairement comment faire plutôt que d’attendre qu’il se comporte mal pour ensuite le gronder, le menacer ou le punir. De même, si quelque chose vous déplaît, expliquez à votre enfant ce qui ne vous convient pas, en exprimant votre sentiment : au lieu d’utiliser le “tu” dénonciateur, utilisez le “je” constructif.

Parce que les reproches et les accusations demeurent presque toujours stériles, soyez indulgents avec votre petit chouet. Un monde à découvrir et à explorer s’ouvre devant lui ;)

Partager

 

Nos derniers articles

Magazine - Bouton Tous les articles - Chouettes Parents

 

Nos chouettes DIY pour vous éclater avec vos enfants

Nos articles les plus lus